D’indépendant(e) complémentaire à principal(e) en 3 étapes

4 minutes de lecture
Les infos essentielles
Un statut à envisager si votre activité est en croissance
Vous devrez renoncer à 100% à votre statut de salarié(e)
Attention à vos cotisations sociales qui augmenteront
Pour passer le cap, demandez conseil à votre guichet d’entreprise
N’oubliez pas de prévenir votre caisse d’assurance sociale
Partagez

Passer d’indépendant(e) complémentaire à indépendant(e) à titre principal peut être une bonne option si vos activités ont le vent en poupe et votre chiffre d’affaires est en croissance. Changer son statut d’indépendant(e) a toutefois des conséquences auxquelles il est bon se préparer. Prêt(e) pour cette conversion? Vous n’avez que 3 étapes à franchir.

Étape 1: évaluez ce qu’implique le changement de statut d’indépendant(e)

Votre statut d’indépendant(e) change, votre régime social aussi!

Votre sécurité sociale

En tant que salarié(e), même à temps partiel, vous vous constituiez des droits à la sécu comme l’allocation maladie, les allocations de chômage, la retraite, les accidents de travail. Ce sera toujours le cas en tant qu’indépendant(e) principal(e), même si certains pourraient être moins avantageux. Prenez le temps de vérifier avec votre guichet d’entreprise ce qu’il en sera pour vous.

Les congés payés

Un(e) indépendant(e) à titre principal ne perçoit pas de congés payés. Un jour off est un jour sans revenus. Tenez-en compte au moment de fixer vos tarifs, par exemple. Ou lorsque vous vous versez votre salaire mensuel.

L’incapacité de travail

Vous avez droit à une indemnité dès le premier jour d’incapacité. Cette indemnité journalière est fixée de manière forfaitaire et varie selon votre situation de famille. Les montants en 2021? 62,08€ si vous avez charge de famille, 49,68€ pour les isolé(e)s et 38,10€ pour les cohabitant(e)s. Vous y avez droit si vous êtes en incapacité pour au moins 8 jours consécutifs et elle prend cours à la date de la signature de votre certificat médical.

Pour augmenter vos revenus en cas d’incapacité, vous pouvez aussi souscrire une assurance revenus garantis. Elle ne fait pas partie des assurances obligatoires des indépendants, mais elle est chaudement recommandée.

Vos avantages extralégaux

Chèques-repas, assurance groupe et hospitalisation, voiture de société, vous devrez financer tout cela vous-même.

Étape 2: adoptez le bon timing pour changer votre statut d’indépendant(e)

Vous êtes décidé(e) à franchir le pas? Assurez-vous que votre activité génère assez de revenus pour être rentable et subvenir à vos besoins. Un(e) indépendant(e) complémentaire devient pleinement  indépendant(e) à titre principal lorsqu’il/elle se consacre totalement à son activité indépendante et qu’il/elle a renoncé à son statut de salarié(e). Vérifiez peut-être aussi auprès de votre employeur(e) s’il/elle accepterait de vous octroyer une pause carrière, plutôt que de remettre votre démission.

Voilà qui vous donnerait une sécurité au cas où votre entreprise ne rencontrerait pas le succès escompté.

Étape 3: remplissez les formalités

Elles sont peu nombreuses. Prévenir la caisse d’assurance sociale est la démarche la plus importante car vos cotisations sociales doivent être adaptées. Pas besoin, par contre, de prévenir la Banque-Carrefour des entreprises. Un guichet d’entreprise peut vous aider dans vos démarches.

Quel sera l’impact sur vos cotisations sociales?

Vos cotisations vont augmenter (mais votre chiffre d’affaires aussi!). Toutefois, en début d’activité à titre principal, vous n’avez pas de revenus de base sur lesquels les déterminer. Vous payerez alors, jusqu’à la fin de la 3e année civile complète, des cotisations provisoires (site externe).

Ensuite, la cotisation provisoire sera recalculée, sur base des revenus des 3 années précédentes. Enfin, le montant de vos cotisations sociales feront l’objet d’une régularisation en fonction du revenu de l’année même. Gardez bien cela en tête pour éviter les mauvaises surprises car la note peut vite s’avérer salée! Par prudence, vous pouvez choisir d’augmenter le montant de vos cotisations provisoires pour éviter un trop lourd décompte…

Notre astuce: l’application de comptabilité Accountable vous permet d’estimer le montant idéal de vos cotisations en temps réel. 

Le calcul de la cotisation sociale définitive

Vous payerez toujours un pourcentage de votre revenu réel de l’année concernée. Celui-ci dépendra de la tranche de revenus dans laquelle vous vous trouverez. Consultez le site de l'Inasti (site externe), les seuils sont réévalués tous les ans!

Pas toujours facile de s’y retrouver dans les cotisations sociales. N’hésitez surtout pas à consulter votre guichet d’entreprise pour plus de clarté. Et rassurez-vous, si le besoin s’en fait sentir, vous pourrez toujours redevenir indépendant(e) complémentaire par la suite.